A noter

L'accueil-billetterie est fermé du samedi 22 février au lundi 2 mars inclus.

Actualités

Version imprimable

Current Size: 100%

Atelier pour les enfants malvoyants ou aveugles autour de Dans ma maison de papier...

« Partager la pratique du théâtre avec exigence et amusement », voici l'objectif que le metteur en scène de la pièce Dans ma maison de papier, j'ai des poèmes sur le feu, Julien Duval, s'était fixé le samedi 25 janvier. Avec bienveillance et enthousiasme, lui et Carlos Martins, l'assistant à la mise en scène et comédien, ont proposé un atelier à des enfants malvoyants et aveugles, âgés de 7 à 11 ans, et leurs familles membres du SESSAD. Cet atelier a été mis en place par le Théâtre de la Coupe d’Or avec le Service d’Education Spécialisée et de Soins à Domicile de Rochefort, encadré par Christine THeberge (éducatrice spécialisée et instructrice en AVJ) en amont de la représentation tout public, qui était proposée avec l’option audiodescription (transmission d’informations sur le spectacle par casque audio pendant la représentation pour nourrir l’imaginaire des personnes aveugles et malvoyantes).   

« Moi je m'appelle Julien et toi ? », l'atelier commence par un exercice de présentation, auquel tout le monde participera sans hésiter. Le sourire est déjà présent sur les visages. Entre réveil du corps, réveil de la voix et éveil de l'imagination, les comédiens en herbe et leurs parents nous ont transportés tour à tour dans un décor de leur choix, nous ont fait visiter la maison de leur rêve, et pour les plus anciens du groupe, leur maison du passé, empreints de nostalgie. Comme le personnage Aimé, joué dans la pièce par une jeune comédienne de 8 ans, ils nous transportent tous dans leur maison, la décrivent, la traversent et prennent le temps de regarder par la fenêtre le temps qui passe. Ils ont l'air bien et on se sent bien et rassuré avec eux.

En même temps « on est dans un théâtre, donc on fait du théâtre», Goulven, âgé de 11 ans, est content de lui et a « bien aimé » cette première approche du théâtre. Abélard s'est amusé et a ri aux éclats en découvrant son papa devenu comédien le temps d'une scène improvisée. Yasmine, timide au départ, s'est lancée dans les improvisations et termine cet atelier contente et « fière d'elle », parce que ce n'est pas évident d'être devant les autres et d'évoluer dans un espace que l'on ne connaît pas.

Nous aussi d'ailleurs nous finissons l'atelier fiers d'eux, ravis de ce moment de partage avec leurs familles, mais un peu tristes quand même que les 1h30 soient passées si vite. L'heure d'assister au spectacle sonne, les casques pour l'audiodescription autour du cou, tous les apprentis comédiens entrent dans la salle de spectacle après un après-midi qu'ils ne sont pas prêts d'oublier et nous non plus.

Article écrit par Marion Doucet

Marion Doucet, enseignante en Arts appliqués et culture artistique depuis 13 ans en Lycée professionnel, préparant un Master 2 en Médiation et médiatisation des savoirs à l'INSPE de Bordeaux.